Featured Image full width without Sidebar

DÉPENDANCE AFFECTIVE : LA COMPRENDRE POUR EN SORTIR

Vous avez probablement entendu parler de dépendance affective. Ce terme est de plus en plus employé et vulgarisé dans la sphère publique. Pourtant, savez-vous de quoi il s’agit exactement ? Entre relation amoureuse et dépendance affective, sauriez-vous faire la différence ? Savez-vous d’où vient la dépendance affective ? Et, comment on s’en sort ? Je tente de vous répondre dans cet article.

Cet article est rédigé à la forme masculine afin d’alléger le texte, mais les hommes comme les femmes sont autant susceptibles d’être dépendant.es affectif.ves.


LA DÉPENDANCE AFFECTIVE, C’EST QUOI?

Tout d’abord, vous devez faire la différence entre attachement dans une relation amoureuse, et dépendance affective.

Le besoin d’attachement est naturel chez tout être humain. Les besoins affectifs étant parmi les besoins fondamentaux, le besoin d’attachement est normal et sain. Il est même essentiel à la santé mentale et physique de l’humain. Les premiers amours sont d’ailleurs souvent passionnés, et peuvent avoir tendance à renforcer le sentiment d’avoir besoin de l’autre. C’est naturel.

Mais il y a une différence entre : aimer faire plaisir à l’autre et s’effacer face à l’autre, apprécier des retrouvailles et redouter une séparation, tempérer un conflit et ne pas partager son opinion… Finalement, entre aimer et dépendre.

La dépendance affective, elle, se caractérise par un état de dépendance à l’autre, de la même manière que vous pourriez être dépendant d’une drogue. Cet état de dépendance se manifeste généralement dans une relation amoureuse, mais peut aussi se manifester dans vos relations amicales et professionnelles. Dans le cas d’une relation amoureuse, vous êtes bien dans un état amoureux, mais vous n’êtes pas dans une relation amoureuse. Vous êtes dans une situation de dépendance.

La dépendance affective se caractérise également par son caractère répétitif : le même schéma se répète de relation en relation. Et ces relations sont des relations souffrantes puisque vous n’en tirez que rarement de la satisfaction.


COMMENT SE MANIFESTE -T-ELLE?

La dépendance affective en deux exemples

Vous pouvez vivre de la dépendance affective à tout âge sans vous en rendre compte. Plusieurs comportements et habitudes peuvent signaler que vous êtes dépendant affectif. Mais il existe une fine frontière entre le manque affectif et la dépendance affective. Pour cela, je vous donne deux exemples de situations pour vous aider à faire la distinction :

  • Exemple 1 : votre partenaire vous a quitté.

    Si vous êtes dans une relation amoureuse, vous serez triste mais accepterez néanmoins d’avoir été quitté. Vous vous dites que ça ne sert à rien d’insister à être avec une personne qui ne le veut pas. Pour vous, aimer quelqu’un, c’est vouloir son bonheur. Si vous êtes dans une relation de dépendance affective, vous n’accepterez pas la situation, pensant que vous ne pouvez pas vivre sans votre partenaire. Vous allez alors tout faire pour que votre partenaire revienne.
  • Exemple 2 : vous vous êtes disputés avec votre partenaire juste avant qu’il ne parte en week-end avec ses amis 

    Si vous êtes dans une relation amoureuse, vous n’aurez pas peur d’être abandonné après votre dispute. Vous allez bien vivre la séparation et vous allez prendre plaisir à consacrer du temps à votre famille et vos amis, ainsi qu’à vos loisirs personnels. Si vous êtes dans une relation de dépendance affective, vous pensez que votre vie ne vaut rien sans votre partenaire. Vous êtes incapable d’être heureux seul. Vous craindrez que votre partenaire vous abandonne après votre dispute. Et vous ne profiterez pas de votre week-end seul.

Les signes de la dépendance affective

En plus de ces deux exemples, voici une liste non exhaustive des signes les plus communs que l’on retrouve chez les dépendants affectifs :

  • Vous avez d’autres types de dépendances. La dépendance affective ne se limite pas aux relations à l’autre. En effet, si vous êtes dépendant affectif, vous avez probablement une tendance à la dépendance à l’alcool, aux drogues, au téléphone, au travail…
  • Vous êtes tout ou rien. Soit c’est l’amour fou, soit au moindre petit accro, rien ne va plus.
  • Vous avez peur d’être seul. Vous pensez que vous ne pouvez pas vivre sans votre partenaire. La solitude vous rend anxieux. Cette pensée peut alors vous pousser à adopter un comportement fusionnel pour être en permanence avec votre partenaire. Cela peut aussi vous pousser à avoir un comportement destructeur (larmes, menaces, cris…). Ou, paradoxalement, à vous isoler du reste du monde pour être en permanence disponible pour l’autre. Lorsque votre conjoint, votre conjointe, part en Week-end sans vous, votre mode de fonctionnement peut être ralenti, vous pouvez même être désorganisé, vous perdez votre capacité de fonctionner normalement, vous pouvez être à l’affut du moindre SMS, à l’affut du moindre appel téléphonique. Si votre conjoint, conjointe, ne vous appelle pas durant 1 heure : rien ne va plus !. Vous êtes en mode survie. Vous manquez de sécurité intérieure et vous avez beaucoup de mal à vous réguler émotionnellement seul(e).
  • Vous faites passer l’autre avant vous. Vous n’avez plus d’intérêt pour votre propre vie. Tout ce qui vous importe, c’est l’autre. Votre vie devient celle de l’autre. Vos passions deviennent celles de l’autre. Ses intérêts deviennent les vôtres. Vos opinions deviennent les siennes. Cela peut même vous conduire à abandonner tout ce qui était important pour vous, y compris votre famille et vos amis. En ne vous autorisant pas à être vous-même, à vous affirmer, vous finissez par vous déconnecter de vous-même.
  • Vous avez besoin d’être rassuré en permanence sur l’amour de l’autre. Ce besoin peut provoquer des angoisses, et vous pousser à demander à votre partenaire s’il vous aime, et de vous le prouver constamment.
  • Vous êtes très jaloux. Il se peut que vous fassiez preuve d’une jalousie maladive. Et vous pouvez penser qu’il s’agit d’une preuve d’amour. Cela peut aussi vous conduire à vouloir constamment être le centre d’attention de votre partenaire. Vous avez peur d’être abandonné, comme un enfant pourrait l’être. 
  • Vous avez besoin que l’autre valide vos décisions, idées, projets…
  • Vous avez peur du conflit. Il se peut que vous évitiez à tout prix tout désaccord avec l’autre. Et cette peur s’associe à la peur d’être rejeté.
  • Vous comptez sur l’autre pour assumer vos responsabilités d’adulte. Par exemple, dans des domaines importants comme votre budget, votre santé…

Comme vous pouvez le voir, il existe de nombreux signes de dépendance affective. Mais ils ont tous un point commun : vous êtes tourné vers l’extérieur, vers l’autre. En effet, la dépendance affective est un évitement de soi. Vous demandez à l’autre de combler un manque en vous. Vous rendez l’autre responsable de la satisfaction de vos besoins. Au lieu de vous reconnecter à qui vous êtes et de combler par vous-même ce manque affectif.


D’OÙ VIENT-T-ELLE?

Comme la cause de bien des troubles, la dépendance affective vient de l’enfance. En effet, elle n’apparaît pas du jour au lendemain. Elle s’installe petit à petit, sans que vous ne vous en rendiez compte. Toute dépendance provient d’un manque en vous, que vous comblez en aillant recours à quelque chose d’externe. Et dans la dépendance affective, il s’agit de l’autre.

Si vous avez grandi dans un milieu familial dysfonctionnel (manque de reconnaissance, d’attention, de communication, d’affection, parent froid, violent, alcoolique, négligeant, absent), vous êtes susceptible de développer en grandissant des relations interpersonnelles déséquilibrées. Vous aurez probablement envie de plaire à tout le monde. Vous aurez l’impression de n’exister que dans le regard de l’autre.

Cette carence affective dans l’enfance vous a provoqué un manque de sécurité intérieure, ce qui peut induire un manque d’estime de vous-même. Ce manque de sécurité intérieure est la base de la dépendance affective.

Tout comme ces manques peuvent provoquer un auto-sabotage de la part du dépendant affectif, ces manques sont un terreau fertile pour les personnes mal intentionnées ou toxiques. En effet, à leur tour, ces personnes viendront appuyer sur votre manque de sécurité intérieure. Elles vont vous rabaisser, profiter de votre désir de les satisfaire et de leur faire plaisir à tout prix en échange de leur amour. La dépendance affective peut aussi vous conduire à rester dans une relation dans laquelle vous n’êtes pas heureux, car pour vous, il veut mieux être mal accompagné, que seul.

C’est pour cela qu’il est important d’en sortir une fois que vous en avez pris conscience.


SE SORTIR DE LA DÉPENDANCE AFFECTIVE

Prendre conscience de sa dépendance

Comme pour n’importe quelle dépendance, il faut donc reconnaître que vous avez un problème. Pour cela, il faut que vous puissiez observer les schémas répétitifs dans vos relations. Puis, il vous faudra réaliser que vous êtes la seule personne qui peut vous permettre de changer. Cela vous demandera un travail d’introspection et de réflexion en profondeur.

Une fois que vous avez pu prendre conscience que vous souffrez de dépendance affective, vous pouvez mettre en place différentes actions. Ces actions vous aideront à modifier votre comportement, et ainsi, à vous en sortir.

Apprendre à modifier ses comportements
  • Apprenez à rediriger votre besoin affectif vers vous-même, plutôt que vers l’autre. Vous devez comprendre que vous ne pouvez pas attendre que les autres comblent vos besoins. Trouvez les ressources en vous-mêmes pour combler vos besoins. Vous devez vous reconnecter à vous-même. Pour cela, accueillez-vous, acceptez-vous tel que vous êtes, et acceptez ces besoins que vous devez combler.
  • Apprenez à vivre pour vous. Réservez-vous des journées rien que pour vous. Vous y ferez ce que vous aimé, sans avoir de compte à rendre à personne.
  • Apprenez à vous aimer et à aimer sincèrement. Allez chercher en vous cet amour plutôt que de le chercher chez l’autre. Aimez vous comme vous aimez l’autre. Vous ressentez de la bienveillance pour l’autre? Ressentez en autant vers vous. S’aimer, c’est se vouloir du bien, c’est ressentir de la bienveillance à son propre égard. Aussi, ne donnez pas de marques d’affection dans le but d’en recevoir. Attendez de vraiment ressentir les choses pour les exprimer.
  • Apprenez à vous voir tel que vous êtes. Prenez conscience de vos accomplissements en listant tout ce que vous avez fait seul dans votre vie. Trouvez une activité individuelle qui vous permette de créer et de bouger, et d’accomplir de petites choses (poterie, théâtre, danse…). Autorisez-vous à être fier de vous.
  • Apprenez à vous écouter et vous affirmer. Vous n’avez plus besoin d’attendre la validation de l’autre pour faire quelque chose. Identifiez vos besoins qui ne sont pas nourris, et que vous cherchez à nourrir à travers l’amour de l’autre. Pour cela, portez attention à ce que vous ressentez. Également, n’attendez pas que les autres donnent leur avis pour aller dans leur sens. Affirmez vous.
  • Apprenez à respecter et imposer vos limites. Lorsque quelqu’un vous demande de l’aide, prenez le temps de réfléchir avant de vous engager. Ne répondez pas tout de suite. N’agissez pas pour plaire à l’autre. Également, n’anticipez pas les désirs de l’autre. Attendez qu’ils soient formulés. Demandez-vous s’ils sont justes et si vous avez vraiment envie de les satisfaire et si vous avez peur d’être rejeté.

Pour conclure

Pour vous aider à mettre en place tout cela, vous pouvez tenir un journal intime. Dans ce journal, vous pouvez écrire ce que vous vivez, ce que vous ressentez. Cela va vous permettre d’identifier les moments où vous vous sentez bien, et ceux où vous ne vous sentez pas bien. Vous pouvez y écrire des choses que vous n’avez jamais oser dire. Vous pouvez aussi lister les qualités de la personne que vous aimez : bien souvent, on voit en l’autre les qualités que nous avons nous-même en nous. En les observant chez l’autre, apprenez à les observer chez vous.

Il faut savoir que par la suite, vous continuerez à avoir des besoins affectifs. La différence d’avec la dépendance affective, c’est que vous serez avec l’autre par envie, et non plus par besoin. Cela vous permettra de choisir plus soigneusement vos relations, être plus exigeant, et vivre des relations harmonieuses et saines.

Tout cela peut paraître plus facile à dire qu’à faire. Et pour cause! Il n’est pas évident de changer un comportement si profondément ancré. Vous aurez tendance, consciemment ou non, à résister à ce changement. Sachez que vous n’êtes pas obligé de vous en sortir seul. Vous pouvez faire appel à un professionnel, comme un psychologue, un psychothérapeute ou encore un Gestalt-thérapeute. Nous sommes là pour vous accompagner sur votre chemin de guérison et de libération, et d’amour et d’estime de vous-même.

Vous avez probablement entendu parler de dépendance affective. Ce terme est de plus en plus employé et vulgarisé dans la sphère publique. Pourtant, savez-vous de quoi il s’agit exactement ? Entre relation amoureuse et dépendance affective, sauriez-vous faire la différence ? Savez-vous d’où vient la dépendance affective ? Et, comment on s’en sort ? Je tente de vous répondre dans cet article.

Cet article est rédigé à la forme masculine afin d’alléger le texte, mais les hommes comme les femmes sont autant susceptibles d’être dépendant.es affectif.ves.

LA DÉPENDANCE AFFECTIVE, C’EST QUOI?

Tout d’abord, vous devez faire la différence entre attachement dans une relation amoureuse, et dépendance affective.

Le besoin d’attachement est naturel chez tout être humain. Les besoins affectifs étant parmi les besoins fondamentaux, le besoin d’attachement est normal et sain. Il est même essentiel à la santé mentale et physique de l’humain. Les premiers amours sont d’ailleurs souvent passionnés, et peuvent avoir tendance à renforcer le sentiment d’avoir besoin de l’autre. C’est naturel.

Mais il y a une différence entre : aimer faire plaisir à l’autre et s’effacer face à l’autre, apprécier des retrouvailles et redouter une séparation, tempérer un conflit et ne pas partager son opinion… Finalement, entre aimer et dépendre.

La dépendance affective, elle, se caractérise par un état de dépendance à l’autre, de la même manière que vous pourriez être dépendant d’une drogue. Cet état de dépendance se manifeste généralement dans une relation amoureuse, mais peut aussi se manifester dans vos relations amicales et professionnelles. Dans le cas d’une relation amoureuse, vous êtes bien dans un état amoureux, mais vous n’êtes pas dans une relation amoureuse. Vous êtes dans une situation de dépendance.

La dépendance affective se caractérise également par son caractère répétitif : le même schéma se répète de relation en relation. Et ces relations sont des relations souffrantes puisque vous n’en tirez que rarement de la satisfaction.

COMMENT SE MANIFESTE -T-ELLE?

La dépendance affective en deux exemples

Vous pouvez vivre de la dépendance affective à tout âge sans vous en rendre compte. Plusieurs comportements et habitudes peuvent signaler que vous êtes dépendant affectif. Mais il existe une fine frontière entre le manque affectif et la dépendance affective. Pour cela, je vous donne deux exemples de situations pour vous aider à faire la distinction :

  • Exemple 1 : votre partenaire vous a quitté.

    Si vous êtes dans une relation amoureuse, vous serez triste mais accepterez néanmoins d’avoir été quitté. Vous vous dites que ça ne sert à rien d’insister à être avec une personne qui ne le veut pas. Pour vous, aimer quelqu’un, c’est vouloir son bonheur. Si vous êtes dans une relation de dépendance affective, vous n’accepterez pas la situation, pensant que vous ne pouvez pas vivre sans votre partenaire. Vous allez alors tout faire pour que votre partenaire revienne.
  • Exemple 2 : vous vous êtes disputés avec votre partenaire juste avant qu’il ne parte en week-end avec ses amis 

    Si vous êtes dans une relation amoureuse, vous n’aurez pas peur d’être abandonné après votre dispute. Vous allez bien vivre la séparation et vous allez prendre plaisir à consacrer du temps à votre famille et vos amis, ainsi qu’à vos loisirs personnels. Si vous êtes dans une relation de dépendance affective, vous pensez que votre vie ne vaut rien sans votre partenaire. Vous êtes incapable d’être heureux seul. Vous craindrez que votre partenaire vous abandonne après votre dispute. Et vous ne profiterez pas de votre week-end seul.

Les signes de la dépendance affective

En plus de ces deux exemples, voici une liste non exhaustive des signes les plus communs que l’on retrouve chez les dépendants affectifs :

  • Vous avez d’autres types de dépendances. La dépendance affective ne se limite pas aux relations à l’autre. En effet, si vous êtes dépendant affectif, vous avez probablement une tendance à la dépendance à l’alcool, aux drogues, au téléphone, au travail…
  • Vous êtes tout ou rien. Soit c’est l’amour fou, soit au moindre petit accro, rien ne va plus.
  • Vous avez peur d’être seul. Vous pensez que vous ne pouvez pas vivre sans votre partenaire. La solitude vous rend anxieux. Cette pensée peut alors vous pousser à adopter un comportement fusionnel pour être en permanence avec votre partenaire. Cela peut aussi vous pousser à avoir un comportement destructeur (larmes, menaces, cris…). Ou, paradoxalement, à vous isoler du reste du monde pour être en permanence disponible pour l’autre. Lorsque votre conjoint, votre conjointe, part en Week-end sans vous, votre mode de fonctionnement peut être ralenti, vous pouvez même être désorganisé, vous perdez votre capacité de fonctionner normalement, vous pouvez être à l’affut du moindre SMS, à l’affut du moindre appel téléphonique. Si votre conjoint, conjointe, ne vous appelle pas durant 1 heure : rien ne va plus !. Vous êtes en mode survie. Vous manquez de sécurité intérieure et vous avez beaucoup de mal à vous réguler émotionnellement seul(e).
  • Vous faites passer l’autre avant vous. Vous n’avez plus d’intérêt pour votre propre vie. Tout ce qui vous importe, c’est l’autre. Votre vie devient celle de l’autre. Vos passions deviennent celles de l’autre. Ses intérêts deviennent les vôtres. Vos opinions deviennent les siennes. Cela peut même vous conduire à abandonner tout ce qui était important pour vous, y compris votre famille et vos amis. En ne vous autorisant pas à être vous-même, à vous affirmer, vous finissez par vous déconnecter de vous-même.
  • Vous avez besoin d’être rassuré en permanence sur l’amour de l’autre. Ce besoin peut provoquer des angoisses, et vous pousser à demander à votre partenaire s’il vous aime, et de vous le prouver constamment.
  • Vous êtes très jaloux. Il se peut que vous fassiez preuve d’une jalousie maladive. Et vous pouvez penser qu’il s’agit d’une preuve d’amour. Cela peut aussi vous conduire à vouloir constamment être le centre d’attention de votre partenaire. Vous avez peur d’être abandonné, comme un enfant pourrait l’être. 
  • Vous avez besoin que l’autre valide vos décisions, idées, projets…
  • Vous avez peur du conflit. Il se peut que vous évitiez à tout prix tout désaccord avec l’autre. Et cette peur s’associe à la peur d’être rejeté.
  • Vous comptez sur l’autre pour assumer vos responsabilités d’adulte. Par exemple, dans des domaines importants comme votre budget, votre santé…

Comme vous pouvez le voir, il existe de nombreux signes de dépendance affective. Mais ils ont tous un point commun : vous êtes tourné vers l’extérieur, vers l’autre. En effet, la dépendance affective est un évitement de soi. Vous demandez à l’autre de combler un manque en vous. Vous rendez l’autre responsable de la satisfaction de vos besoins. Au lieu de vous reconnecter à qui vous êtes et de combler par vous-même ce manque affectif.

D’OÙ VIENT-T-ELLE?

Comme la cause de bien des troubles, la dépendance affective vient de l’enfance. En effet, elle n’apparaît pas du jour au lendemain. Elle s’installe petit à petit, sans que vous ne vous en rendiez compte. Toute dépendance provient d’un manque en vous, que vous comblez en aillant recours à quelque chose d’externe. Et dans la dépendance affective, il s’agit de l’autre.

Si vous avez grandi dans un milieu familial dysfonctionnel (manque de reconnaissance, d’attention, de communication, d’affection, parent froid, violent, alcoolique, négligeant, absent), vous êtes susceptible de développer en grandissant des relations interpersonnelles déséquilibrées. Vous aurez probablement envie de plaire à tout le monde. Vous aurez l’impression de n’exister que dans le regard de l’autre.

Cette carence affective dans l’enfance vous a provoqué un manque de sécurité intérieure, ce qui peut induire un manque d’estime de vous-même. Ce manque de sécurité intérieure est la base de la dépendance affective.

Tout comme ces manques peuvent provoquer un auto-sabotage de la part du dépendant affectif, ces manques sont un terreau fertile pour les personnes mal intentionnées ou toxiques. En effet, à leur tour, ces personnes viendront appuyer sur votre manque de sécurité intérieure. Elles vont vous rabaisser, profiter de votre désir de les satisfaire et de leur faire plaisir à tout prix en échange de leur amour. La dépendance affective peut aussi vous conduire à rester dans une relation dans laquelle vous n’êtes pas heureux, car pour vous, il veut mieux être mal accompagné, que seul.

C’est pour cela qu’il est important d’en sortir une fois que vous en avez pris conscience.

SE SORTIR DE LA DÉPENDANCE AFFECTIVE

Prendre conscience de sa dépendance

Comme pour n’importe quelle dépendance, il faut donc reconnaître que vous avez un problème. Pour cela, il faut que vous puissiez observer les schémas répétitifs dans vos relations. Puis, il vous faudra réaliser que vous êtes la seule personne qui peut vous permettre de changer. Cela vous demandera un travail d’introspection et de réflexion en profondeur.

Une fois que vous avez pu prendre conscience que vous souffrez de dépendance affective, vous pouvez mettre en place différentes actions. Ces actions vous aideront à modifier votre comportement, et ainsi, à vous en sortir.

Apprendre à modifier ses comportements
  • Apprenez à rediriger votre besoin affectif vers vous-même, plutôt que vers l’autre. Vous devez comprendre que vous ne pouvez pas attendre que les autres comblent vos besoins. Trouvez les ressources en vous-mêmes pour combler vos besoins. Vous devez vous reconnecter à vous-même. Pour cela, accueillez-vous, acceptez-vous tel que vous êtes, et acceptez ces besoins que vous devez combler.
  • Apprenez à vivre pour vous. Réservez-vous des journées rien que pour vous. Vous y ferez ce que vous aimé, sans avoir de compte à rendre à personne.
  • Apprenez à vous aimer et à aimer sincèrement. Allez chercher en vous cet amour plutôt que de le chercher chez l’autre. Aimez vous comme vous aimez l’autre. Vous ressentez de la bienveillance pour l’autre? Ressentez en autant vers vous. S’aimer, c’est se vouloir du bien, c’est ressentir de la bienveillance à son propre égard. Aussi, ne donnez pas de marques d’affection dans le but d’en recevoir. Attendez de vraiment ressentir les choses pour les exprimer.
  • Apprenez à vous voir tel que vous êtes. Prenez conscience de vos accomplissements en listant tout ce que vous avez fait seul dans votre vie. Trouvez une activité individuelle qui vous permette de créer et de bouger, et d’accomplir de petites choses (poterie, théâtre, danse…). Autorisez-vous à être fier de vous.
  • Apprenez à vous écouter et vous affirmer. Vous n’avez plus besoin d’attendre la validation de l’autre pour faire quelque chose. Identifiez vos besoins qui ne sont pas nourris, et que vous cherchez à nourrir à travers l’amour de l’autre. Pour cela, portez attention à ce que vous ressentez. Également, n’attendez pas que les autres donnent leur avis pour aller dans leur sens. Affirmez vous.
  • Apprenez à respecter et imposer vos limites. Lorsque quelqu’un vous demande de l’aide, prenez le temps de réfléchir avant de vous engager. Ne répondez pas tout de suite. N’agissez pas pour plaire à l’autre. Également, n’anticipez pas les désirs de l’autre. Attendez qu’ils soient formulés. Demandez-vous s’ils sont justes et si vous avez vraiment envie de les satisfaire et si vous avez peur d’être rejeté.

Pour conclure

Pour vous aider à mettre en place tout cela, vous pouvez tenir un journal intime. Dans ce journal, vous pouvez écrire ce que vous vivez, ce que vous ressentez. Cela va vous permettre d’identifier les moments où vous vous sentez bien, et ceux où vous ne vous sentez pas bien. Vous pouvez y écrire des choses que vous n’avez jamais oser dire. Vous pouvez aussi lister les qualités de la personne que vous aimez : bien souvent, on voit en l’autre les qualités que nous avons nous-même en nous. En les observant chez l’autre, apprenez à les observer chez vous.

Il faut savoir que par la suite, vous continuerez à avoir des besoins affectifs. La différence d’avec la dépendance affective, c’est que vous serez avec l’autre par envie, et non plus par besoin. Cela vous permettra de choisir plus soigneusement vos relations, être plus exigeant, et vivre des relations harmonieuses et saines.

Tout cela peut paraître plus facile à dire qu’à faire. Et pour cause! Il n’est pas évident de changer un comportement si profondément ancré. Vous aurez tendance, consciemment ou non, à résister à ce changement. Sachez que vous n’êtes pas obligé de vous en sortir seul. Vous pouvez faire appel à un professionnel, comme un psychologue, un psychothérapeute ou encore un Gestalt-thérapeute. Nous sommes là pour vous accompagner sur votre chemin de guérison et de libération, et d’amour et d’estime de vous-même.

Vous avez probablement entendu parler de dépendance affective. Ce terme est de plus en plus employé et vulgarisé dans la sphère publique. Pourtant, savez-vous de quoi il s’agit exactement ? Entre relation amoureuse et dépendance affective, sauriez-vous faire la différence? Savez-vous d’où vient la dépendance affective ? Et, comment on s’en sort ? Je tente de vous répondre dans cet article.

Cet article est rédigé à la forme masculine afin d’alléger le texte, mais les hommes comme les femmes sont autant susceptibles d’être dépendant.es affectif.ves.

LA DÉPENDANCE AFFECTIVE, C’EST QUOI?

Tout d’abord, vous devez faire la différence entre attachement dans une relation amoureuse, et dépendance affective.

Le besoin d’attachement est naturel chez tout être humain. Les besoins affectifs étant parmi les besoins fondamentaux, le besoin d’attachement est normal et sain. Il est même essentiel à la santé mentale et physique de l’humain. Les premiers amours sont d’ailleurs souvent passionnés, et peuvent avoir tendance à renforcer le sentiment d’avoir besoin de l’autre. C’est naturel.

Mais il y a une différence entre : aimer faire plaisir à l’autre et s’effacer face à l’autre, apprécier des retrouvailles et redouter une séparation, tempérer un conflit et ne pas partager son opinion… Finalement, entre aimer et dépendre.

La dépendance affective, elle, se caractérise par un état de dépendance à l’autre, de la même manière que vous pourriez être dépendant d’une drogue. Cet état de dépendance se manifeste généralement dans une relation amoureuse, mais peut aussi se manifester dans vos relations amicales et professionnelles. Dans le cas d’une relation amoureuse, vous êtes bien dans un état amoureux, mais vous n’êtes pas dans une relation amoureuse. Vous êtes dans une situation de dépendance.

La dépendance affective se caractérise également par son caractère répétitif : le même schéma se répète de relation en relation. Et ces relations sont des relations souffrantes puisque vous n’en tirez que rarement de la satisfaction.


COMMENT SE

MANIFESTE-T-ELLE?

La dépendance affective en deux exemples

Vous pouvez vivre de la dépendance affective à tout âge sans vous en rendre compte. Plusieurs comportements et habitudes peuvent signaler que vous êtes dépendant affectif. Mais il existe une fine frontière entre le manque affectif et la dépendance affective. Pour cela, je vous donne deux exemples de situations pour vous aider à faire la distinction :

  • Exemple 1 : votre partenaire vous a quitté.

    Si vous êtes dans une relation amoureuse, vous serez triste mais accepterez néanmoins d’avoir été quitté. Vous vous dites que ça ne sert à rien d’insister à être avec une personne qui ne le veut pas. Pour vous, aimer quelqu’un, c’est vouloir son bonheur. Si vous êtes dans une relation de dépendance affective, vous n’accepterez pas la situation, pensant que vous ne pouvez pas vivre sans votre partenaire. Vous allez alors tout faire pour que votre partenaire revienne.

  • Exemple 2 : vous vous êtes disputés avec votre partenaire juste avant qu’il ne parte en week-end avec ses amis 

    Si vous êtes dans une relation amoureuse, vous n’aurez pas peur d’être abandonné après votre dispute. Vous allez bien vivre la séparation et vous allez prendre plaisir à consacrer du temps à votre famille et vos amis, ainsi qu’à vos loisirs personnels. Si vous êtes dans une relation de dépendance affective, vous pensez que votre vie ne vaut rien sans votre partenaire. Vous êtes incapable d’être heureux seul. Vous craindrez que votre partenaire vous abandonne après votre dispute. Et vous ne profiterez pas de votre week-end seul.

Les signes de la dépendance affective

En plus de ces deux exemples, voici une liste non exhaustive des signes les plus communs que l’on retrouve chez les dépendants affectifs :

  • Vous avez d’autres types de dépendances. La dépendance affective ne se limite pas aux relations à l’autre. En effet, si vous êtes dépendant affectif, vous avez probablement une tendance à la dépendance à l’alcool, aux drogues, au téléphone, au travail…
  • Vous êtes tout ou rien. Soit c’est l’amour fou, soit au moindre petit accro, rien ne va plus.
  • Vous avez peur d’être seul. Vous pensez que vous ne pouvez pas vivre sans votre partenaire. La solitude vous rend anxieux. Cette pensée peut alors vous pousser à adopter un comportement fusionnel pour être en permanence avec votre partenaire. Cela peut aussi vous pousser à avoir un comportement destructeur (larmes, menaces, cris…). Ou, paradoxalement, à vous isoler du reste du monde pour être en permanence disponible pour l’autre. Lorsque votre conjoint, votre conjointe, part en Week-end sans vous, votre mode de fonctionnement peut être ralenti, vous pouvez même être désorganisé, vous perdez votre capacité de fonctionner normalement, vous pouvez être à l’affut du moindre SMS, à l’affut du moindre appel téléphonique. Si votre conjoint, conjointe, ne vous appelle pas durant 1 heure : rien ne va plus !. Vous êtes en mode survie. Vous manquez de sécurité intérieure et vous avez beaucoup de mal à vous réguler émotionnellement seul(e).
  • Vous faites passer l’autre avant vous. Vous n’avez plus d’intérêt pour votre propre vie. Tout ce qui vous importe, c’est l’autre. Votre vie devient celle de l’autre. Vos passions deviennent celles de l’autre. Ses intérêts deviennent les vôtres. Vos opinions deviennent les siennes. Cela peut même vous conduire à abandonner tout ce qui était important pour vous, y compris votre famille et vos amis. En ne vous autorisant pas à être vous-même, à vous affirmer, vous finissez par vous déconnecter de vous-même.
  • Vous avez besoin d’être rassuré en permanence sur l’amour de l’autre. Ce besoin peut provoquer des angoisses, et vous pousser à demander à votre partenaire s’il vous aime, et de vous le prouver constamment.
  • Vous êtes très jaloux. Il se peut que vous fassiez preuve d’une jalousie maladive. Et vous pouvez penser qu’il s’agit d’une preuve d’amour. Cela peut aussi vous conduire à vouloir constamment être le centre d’attention de votre partenaire. Vous avez peur d’être abandonné, comme un enfant pourrait l’être. 
  • Vous avez besoin que l’autre valide vos décisions, idées, projets…
  • Vous avez peur du conflit. Il se peut que vous évitiez à tout prix tout désaccord avec l’autre. Et cette peur s’associe à la peur d’être rejeté.
  • Vous comptez sur l’autre pour assumer vos responsabilités d’adulte. Par exemple, dans des domaines importants comme votre budget, votre santé…

Comme vous pouvez le voir, il existe de nombreux signes de dépendance affective. Mais ils ont tous un point commun : vous êtes tourné vers l’extérieur, vers l’autre. En effet, la dépendance affective est un évitement de soi. Vous demandez à l’autre de combler un manque en vous. Vous rendez l’autre responsable de la satisfaction de vos besoins. Au lieu de vous reconnecter à qui vous êtes et de combler par vous-même ce manque affectif.

D’OÙ VIENT-T-ELLE?

Comme la cause de bien des troubles, la dépendance affective vient de l’enfance. En effet, elle n’apparaît pas du jour au lendemain. Elle s’installe petit à petit, sans que vous ne vous en rendiez compte. Toute dépendance provient d’un manque en vous, que vous comblez en aillant recours à quelque chose d’externe. Et dans la dépendance affective, il s’agit de l’autre.

Si vous avez grandi dans un milieu familial dysfonctionnel (manque de reconnaissance, d’attention, de communication, d’affection, parent froid, violent, alcoolique, négligeant, absent), vous êtes susceptible de développer en grandissant des relations interpersonnelles déséquilibrées. Vous aurez probablement envie de plaire à tout le monde. Vous aurez l’impression de n’exister que dans le regard de l’autre.

Cette carence affective dans l’enfance vous a provoqué un manque de sécurité intérieure, ce qui peut induire un manque d’estime de vous-même. Ce manque de sécurité intérieure est la base de la dépendance affective.

Tout comme ces manques peuvent provoquer un auto-sabotage de la part du dépendant affectif, ces manques sont un terreau fertile pour les personnes mal intentionnées ou toxiques. En effet, à leur tour, ces personnes viendront appuyer sur votre manque de sécurité intérieure. Elles vont vous rabaisser, profiter de votre désir de les satisfaire et de leur faire plaisir à tout prix en échange de leur amour. La dépendance affective peut aussi vous conduire à rester dans une relation dans laquelle vous n’êtes pas heureux, car pour vous, il veut mieux être mal accompagné, que seul.

C’est pour cela qu’il est important d’en sortir une fois que vous en avez pris conscience.

SE SORTIR DE LA DÉPENDANCE AFFECTIVE


Prendre conscience de sa dépendance

Comme pour n’importe quelle dépendance, il faut donc reconnaître que vous avez un problème. Pour cela, il faut que vous puissiez observer les schémas répétitifs dans vos relations. Puis, il vous faudra réaliser que vous êtes la seule personne qui peut vous permettre de changer. Cela vous demandera un travail d’introspection et de réflexion en profondeur.

Une fois que vous avez pu prendre conscience que vous souffrez de dépendance affective, vous pouvez mettre en place différentes actions. Ces actions vous aideront à modifier votre comportement, et ainsi, à vous en sortir.


Apprendre à modifier ses comportements

  • Apprenez à rediriger votre besoin affectif vers vous-même, plutôt que vers l’autre. Vous devez comprendre que vous ne pouvez pas attendre que les autres comblent vos besoins. Trouvez les ressources en vous-mêmes pour combler vos besoins. Vous devez vous reconnecter à vous-même. Pour cela, accueillez-vous, acceptez-vous tel que vous êtes, et acceptez ces besoins que vous devez combler.
  • Apprenez à vivre pour vous. Réservez-vous des journées rien que pour vous. Vous y ferez ce que vous aimé, sans avoir de compte à rendre à personne.
  • Apprenez à vous aimer et à aimer sincèrement. Allez chercher en vous cet amour plutôt que de le chercher chez l’autre. Aimez vous comme vous aimez l’autre. Vous ressentez de la bienveillance pour l’autre? Ressentez en autant vers vous. S’aimer, c’est se vouloir du bien, c’est ressentir de la bienveillance à son propre égard. Aussi, ne donnez pas de marques d’affection dans le but d’en recevoir. Attendez de vraiment ressentir les choses pour les exprimer.
  • Apprenez à vous voir tel que vous êtes. Prenez conscience de vos accomplissements en listant tout ce que vous avez fait seul dans votre vie. Trouvez une activité individuelle qui vous permette de créer et de bouger, et d’accomplir de petites choses (poterie, théâtre, danse…). Autorisez-vous à être fier de vous.
  • Apprenez à vous écouter et vous affirmer. Vous n’avez plus besoin d’attendre la validation de l’autre pour faire quelque chose. Identifiez vos besoins qui ne sont pas nourris, et que vous cherchez à nourrir à travers l’amour de l’autre. Pour cela, portez attention à ce que vous ressentez. Également, n’attendez pas que les autres donnent leur avis pour aller dans leur sens. Affirmez vous.
  • Apprenez à respecter et imposer vos limites. Lorsque quelqu’un vous demande de l’aide, prenez le temps de réfléchir avant de vous engager. Ne répondez pas tout de suite. N’agissez pas pour plaire à l’autre. Également, n’anticipez pas les désirs de l’autre. Attendez qu’ils soient formulés. Demandez-vous s’ils sont justes et si vous avez vraiment envie de les satisfaire et si vous avez peur d’être rejeté.


Pour conclure

Pour vous aider à mettre en place tout cela, vous pouvez tenir un journal intime. Dans ce journal, vous pouvez écrire ce que vous vivez, ce que vous ressentez. Cela va vous permettre d’identifier les moments où vous vous sentez bien, et ceux où vous ne vous sentez pas bien. Vous pouvez y écrire des choses que vous n’avez jamais oser dire. Vous pouvez aussi lister les qualités de la personne que vous aimez : bien souvent, on voit en l’autre les qualités que nous avons nous-même en nous. En les observant chez l’autre, apprenez à les observer chez vous.

Il faut savoir que par la suite, vous continuerez à avoir des besoins affectifs. La différence d’avec la dépendance affective, c’est que vous serez avec l’autre par envie, et non plus par besoin. Cela vous permettra de choisir plus soigneusement vos relations, être plus exigeant, et vivre des relations harmonieuses et saines.

Tout cela peut paraître plus facile à dire qu’à faire. Et pour cause! Il n’est pas évident de changer un comportement si profondément ancré. Vous aurez tendance, consciemment ou non, à résister à ce changement. Sachez que vous n’êtes pas obligé de vous en sortir seul. Vous pouvez faire appel à un professionnel, comme un psychologue, un psychothérapeute ou encore un Gestalt-thérapeute. Nous sommes là pour vous accompagner sur votre chemin de guérison et de libération, et d’amour et d’estime de vous-même.